Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

nicoducaire

nicoducaire

Cultures et societes en Egypte et dans le monde arabe - Arab and Egyptian cultures and societies


[ Israël-Palestine ] le pillage des palestiniens continue

Publié par nicoducaire sur 21 Juillet 2008, 11:14am

Catégories : #Monde Arabe

Depuis plus d’un mois et ce, quasiment quotidiennement, le village de Ni’ilin et ses alentours résistent à la construction d’un mur de « sécurité » qui annexerait près de 250 hectares de terres autour du village. Celles-ci seront données à la colonie voisine pour construire une zone industrielle et un cimetière.



Depuis le début du soulèvement, des centaines de personnes ont été blessées. La majorité le fut lors des derniers jours.

Le premier juillet, les manifestants du village de Ni’ilin ont réussi à atteindre
les bulldozers et d’autres machines utiles à la construction du mur de séparation.
Ils ont causé des dommages importants sur celles-ci et ce, en dépit des tirs à
balles réelles de l’armée israélienne.
Deux bulldozers, un camion et deux jeeps ont été suffisamment endommagés pour ne
plus pouvoir participer à la construction du mur.
L’armée a alors décidé d’infliger une punition collective pour stopper la résistance.

Dans la nuit du jeudi 3 au vendredi 4 juillet, vers 4 heures du matin, les forces
armées israéliennes venues en masses se sont réunies aux entrées du village.

Le Comité Populaire du village à d’abord cru que le siège servait à bloquer
l’arrivée des soutiens israéliens et internationnaux. Une majorité de ceux-ci ont
finalement pu entrer en passant par les bosquets alentours. Les médias eux sont
restés bloqués à l’extérieur.

Pour essayer d’éviter les conflits, la prière de protestation qui devait avoir lieu
près des postes de contrôle a finalement été déplacée au centre du village.

La prière terminée, un groupe de jeeps blindées a envahi la rue principale du
village. Une tentative de provocation réussie de la part de l’armée israélienne.

Enervés par le siège et l’invasion qui venait d’avoir lieu, un millier de
villageois accompagnés par une poignée d’Israéliens et d’internationaux qui avaient
réussi à passer le blocus ont occupé la rue pour résister à l’armée.

Des barricades ont été dressées et des salves de pierres sont tombées sur les
jeeps. Deux d’entre elles ont eu le pare-brise cassé. Même le bulldozer blindé qui
avait été envoyé pour défoncer les barricades a finalement dû se retirer.

Les émeutes qui ont suivi l’invasion ont ainsi continué jusqu’à la tombée de la
nuit, au moment ou l’armée s’est repliée à l’entrée du village.

Le jour suivant fut semblable au précédent mais la répression militaire fut plus
importante et l’intrusion dans le village et son occupation furent cette fois
réussies. Dans un communiqué radio, l’armée a dénoncé les dommages commis sur ces
véhicules et l’emploi par les résistants de cocktails molotovs.

A la tombée de la nuit, l’armée s’est retirée à l’entrée du village pour continuer
de tenir son siège.

Le dimanche 6 juillet, dès 5 heures du matin, un couvre-feu complet a été imposé à
tout le village.

De petits groupes de villageois, accompagnés par des Israéliens, ont toutefois
tenté de sortir en rue pour briser ce couvre-feu, mais la répression a été très
sévère, et ceux-ci furent à chaque fois rapidement dispersés.

Lundi 7 juillet, le couvre-feu s’est poursuivi avec toujours autant de brutalité.
Par deux fois, les Palestiniens des villages environnant, accompagnés d’israéliens
et d’internationaux, ont tenté de briser le siège pour faire parvenir un minimum
d’aide alimentaire. Les deux tentatives échouèrent. L’armée israélienne utilisant
des balles en caoutchouc et des gaz lacrimogènes.

Lors de la tentative du matin à l’entrée sud du village, deux Palestiniens et un
international ont été blessés.

Lors de la tentative du soir, 200 personnes se sont présentées à l’entrée nord.
L’idée était d’obliger les militaires israéliens à abandonner le centre du village
pour maintenir leur siège. De ce fait, les villageois ont pu sortir de chez eux et
ainsi briser le couvre-feu.

Trois personnes ont été blessées en essayant d’entrer dans le village. L’une
d’elles a reçu une balle en acier recouverte de caoutchouc en plein front. Dans le
village, une dizaine de personnes ont aussi été blessées et l’une d’elle a dû
subir une intervention chirurgicale à la suite d’une blessure à balles réelles à
l’estomac.

Vers 22h, l’armée est sortie du village, renonçant ainsi au couvre-feu.

Des membres du comité populaire du village ont été appelés à la barrière à l’entrée
du village où le commandant de l’armée de l’Administration civile de Cisjordanie,
le général de brigade Yoav Mordekhay, a exigé que les tentatives visant à perturber
la construction du mur cessent en échange de quoi, l’armée abandonnerait le
couvre-feu et le siège.

Malgré la menace de punition collective les villageois se sont engagés à continuer
de résister au vol de leurs terres.

Bien qu’aucun accord n’ait été trouvé, le siège a finalement été levé aux alentours
de minuit.

Les manifestations dans le village devaient reprendre, mercredi 9 juillet, date du
quatrième anniversaire de la condamnation par la Cour internationale de justice du
mur de séparation et de l’obligation de son démantèlement.

Source : traduction libre des dernières nouvelles parues sur le site des
anarchistes contre le mur http://www.awalls.org/

Complément d’information : http://www.ism-suisse.org/news/

Notes

[1] Ni’lin est un village agricole de 4500 habitants à l’ouest du district de
Ramallah. Le tracé du mur confisquera 6000 dunums de terre au village, ce qui
représente 75% du reste de la terre de Ni’lin.

Ni’lin a perdu la majorité de ses 58.000 dunums originels au cours des 56 dernières
années. Une partie du village s’étendait sur ce qui est maintenant devenu
territoire israélien.

En 1948, quand l’Etat d’Israël a été formé, 42.000 dunums ont été confisqués.
Trois ans après, Israël a saisi encore 2400 dunums afin d’étendre la Ligne Verte
en Cisjordanie.
Trois colonies (Ha-Shmanim, Matityahu, et Modi’in Ilit) établies entre 1979 et
1990 ont entouré Ni’lin, et ont volé 2000 dunums de plus. Les colonies ont pris
beaucoup plus de dunums aux villages palestiniens voisins de Deir Qaddis et d’Al
Midya.

Lorsque Israël aura construit le mur, il ne restera au village de Ni’lin que 6000
dunums, éliminant toute l’économie agricole du village

Source : http://www.bilin-village.org.


[ infos reprises du site http://www.avoixautre.be où une video et des photos sont
également en ligne ]

Commenter cet article

Suzanne 01/08/2008 10:01

L'annexion de territoires petit à petit fait clairement partie de la stratégie israélienne pour obtenir un territoire le plus proche possible du modèle antique d'Israël.La question que je me pose est la suivante: il y a des milliers d'années, à l'époque de Salomon et du royaume, les juifs vivaient bien sur ce territoire avec d'autres populations, non? Si c'était le cas, comme je le suppose, pourquoi cela ne serait-il pas possible aujourd'hui?

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents