Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

nicoducaire

nicoducaire

Cultures et societes en Egypte et dans le monde arabe - Arab and Egyptian cultures and societies


Pour la première fois en Egypte, une cour condamne un homme pour harcèlement sexuel

Publié par nicoducaire sur 27 Octobre 2008, 18:43pm

Catégories : #Egypte, #Femmes-Féminismes

 


Lu sur alif mag:

 

 

 

Peine sans précédent pour harcèlement

 

 

Le 26-10-2008 par Arnaud Saint Jean

Pour la première fois en Egypte, une cour condamne un homme pour harcèlement sexuel. La peine est très sévère : trois ans de prison.

A affaire très médiatisée, la justice égyptienne répond par l'exemplarité : pour avoir voulu "tripoter" une femme en pleine rue du Caire, un homme a été condamné à trois ans de prison, accompagnés de travaux forcés et d'une amende. L'extrême sévérité de ce jugement en souligne d'autant plus l'aspect inédit. Très présent depuis le début de cette affaire, le Centre Egyptien pour les Droits des Femmes a rappelé que c'était la première fois qu'un homme était emprisonné pour des actes de harcèlement.

Une sévérité pour l'exemple, peut-être ; conséquence directe d'une médiatisation jamais vue dans une telle affaire, sans doute. La victime, une jeune cinéaste de 27 ans, n'a en effet jamais accepté les propositions de "règlements à l'amiable", "conseillés" par la défense et, au début, par la police même. Faisant front aux nombreux tabous qui confinent d'ordinaire ces affaires de moeurs, offrant sa réputation à tous les feux, Noha Rachid Saleh n'a jamais abandonné, forçant finalement  la justice égyptienne à se prononcer. 

Toutes les femmes concernées

En 2007, un sondage réalisé par le Centre Egyptien pour les Droits des Femmes (ECWR) auprès de 2800 femmes, tiraient la sonnette d'alarme : 40% des femmes interrogées se plaignaient d’attouchements inappropriés, 38% de harcèlement verbal et 12% se disaient harcelées quotidiennement.

Interrogé à l'époque, un membre de l'ECWR dressait une définition du harcèlement : "Les formes les plus claires du harcèlement sexuel sont la tentative de viol et la masturbation en public. Viennent ensuite des comportements plus difficiles à classifier : des paroles, des regards qui peuvent être interprétés différemment selon les sensibilités. Nous avons adopté une définition assez large du harcèlement sexuel. Nous le définissons comme un comportement non voulu par une femme, sexuel dans sa nature et qui la met dans une situation d’insécurité, de mal être. Il n’y a pas forcément de violence ni d’agressivité mais un sentiment de violence et d’agressivité latentes."

A l'époque, l'ONG regrettait une insuffisance des outils juridiques pour prévenir le harcèlement et en protéger les victimes. Ce jugement sans précédent devrait ravir les défenseurs des droits de la femme, même s'ils espèrent qu'il ne restera pas qu'un cas pour l'exemple.

SUR LE MEME SUJET : Une ONG dénonce la hausse du harcèlement sexuel en Egypte

"La faute à l’éducation", selon le vice-ministre de l’Intérieur

Interrogé au début du mois par l’hebdomadaire Al Ahram Hebdo, sur la multiplication des cas de harcèlement, Hamdi Abdel-Karim dévoilait une vision très personnelle du phénomène. Extraits.

"Il n’y a pas plus d’actes de harcèlement aujourd’hui qu’il y en avait hier. Le résultat de la couverture médiatique est que nous avons cette impression que les actes de harcèlement se multiplient. Cela a toujours existé. Chaque jour nous recevons des centaines de plaintes, surtout d’étrangers."

"Tant que la société, la famille, l’église, la mosquée, l’école et les médias ne joueront pas leur rôle, ce phénomène va continuer. Maintenant il y a des antennes paraboliques, des vidéoclips et Internet qui véhiculent des images à caractère sexuel alors que les jeunes sont frustrés."

"Je trouve que les nouvelle générations sont perdues, car il n’y a plus d’éducation. Et si autrefois on trouvait sur les cahiers et les livres scolaires des consignes pour les élèves, maintenant on trouve des dessins et des photos d’actrices, de chanteuses et autres images lascives."

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents