Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

nicoducaire

nicoducaire

Cultures et societes en Egypte et dans le monde arabe - Arab and Egyptian cultures and societies


"La robe"

Publié par nicoducaire sur 17 Janvier 2009, 20:10pm

Catégories : #Monde Arabe

 

"C’est là que maman est enterrée"
"ah oui, c’est ici"
"là-bas c’est Yacine, et là c’est Mohamed... ou l’inverse, je ne sais plus"
"t’es perdu"
"un peu... elles se ressemblent toutes"
"tiens là, ça doit être un nourrisson"
"oui"
"qu’est-ce qu’il aura vu de la vie ?"
"Ghaza"
"comme tu dis, Ghaza"
"peut-être que sa mère est-elle encore en vie comme nous... ou peut-être pas"
"peut-être que c’est elle, là... là... ou encore là..."
"arrête... sortons de cet endroit"
"tu veux aller où ?"
"où tu veux, mais allons-nous en d’ici"
"regarde... viens voir"
"quoi ?"
"là, un lambeau de tissu qui dépasse... ils n’ont pas du creuser assez profond"
"qu’est-ce tu fais ?"
"je tire un peu voir ce que c’est"
"arrête !"
"regarde, c’est une robe qui vient et puis rien... que la robe"
"qu’est-ce tu fais ?"
"je la plie, je l’emmène"
"pour quoi faire ?"
"pour le feu sous la marmite"
"... !?"

Al Faraby
Vendredi, 16 janvier 2009

Ps. À Gaza, le cimetière du Cheikh Radouane est plein "On ne trouvait aucun endroit pour enterrer mon cousin", raconte Mahmoud al Zinati, assis sur le bord d’une tombe à Gaza. "Alors on a ouvert la tombe d’un autre cousin martyrisé il y a deux ans pour enterrer celui-là."
"Je ne peux pas décrire mes sentiments. Personne ne peut ressentir ce que je ressens", ajoute ce jeune Palestinien de 23 ans rencontré au cimetière du Cheikh Radouane.
Son cousin de 16 ans, tué par une frappe aérienne dit-il, reposera sur le corps de son autre cousin, mort à l’âge de douze ans.
En 18 jours d’agression israélienne contre le territoire depuis le 27 décembre, plus de 900 Palestiniens ont péri, dont de nombreux civils.
Le grand cimetière du Cheikh Radouane, comme les autres cimetières de la ville de Gaza, est parsemé d’une multitude de pierres tombales blanches. "Cimetière plein", signale un panneau à l’entrée.
Le problème n’est pas nouveau à Gaza, où la population a triplé en peu plus d’une génération. Mais les instructions des autorités, qui recommandent d’utiliser un autre cimetière situé à quelque distance de la ville, posent un inconvénient majeur : le nouveau cimetière côtoie les bataillons blindés israéliens encerclant l’agglomération.
À Cheikh Radouane, les proches des victimes ont dû se résoudre à creuser eux-mêmes les fosses tombales car le cimetière n’a plus de fossoyeurs.
Enterrer deux personnes dans la même tombe enfreint la tradition musulmane, même si c’est toléré en situation d’urgence.
"Puisse Dieu l’accepter", plaide Basil Khair al Dine, qui a enterré un ami dans la tombe d’un autre.

Récits lus sur Al-Oufok

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents