Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

nicoducaire

nicoducaire

Cultures et societes en Egypte et dans le monde arabe - Arab and Egyptian cultures and societies


Le Monde: M. Bouteflika dénonce la France, les Algériens acclament Zidane

Publié par nico sur 6 Juillet 2006, 18:23pm

Catégories : #Monde Arabe

Lu dans Le Monde du 05 juillet:

Pour la seconde fois en quarante-huit heures, le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, a lancé une violente diatribe contre la France, mardi 4 juillet, à la veille du 44e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie. Lors d'une allocution prononcée au siège du ministère de la défense, il a fustigé "les discours fallacieux que l'école de l'histoire coloniale tente de propager", visant à écrire "une histoire erronée, faite sur mesure, qui exprimerait ses idées refoulées et son spectre expansionniste" et vante "faussement les bienfaits de la colonisation".

 

Un an et demi après l'adoption par l'Assemblée nationale française de la loi du 23 février 2005, dont l'article 4 saluait les aspects positifs de la présence française outre-mer à l'époque de la colonisation (article depuis lors abrogé), la colère du président algérien ne faiblit pas.

Reprochant aux Français d'avoir imposé aux Algériens "leur emblème tricolore, leur chant patriotique et leurs ancêtres les Gaulois", de les avoir "exploités" et d'avoir "assassiné leur identité", M. Bouteflika a réitéré sa demande d'excuses publiques de la part de la France. Un tel geste serait, estime-t-il, "la moindre des choses" venant d'une nation qui a pour devise "liberté, égalité, fraternité". Lors du même discours, le chef de l'Etat a "souhaité" que le référendum constitutionnel qui doit lui permettre notamment de briguer un troisième mandat, soit "organisé (...) avant la fin de l'année".

Deux jours plus tôt, dans un message adressé aux participants d'un colloque à Alger, M. Bouteflika avait qualifié la colonisation de l'Algérie de "l'une des plus barbares de l'Histoire". Tout en dénonçant les "crimes odieux" du colonisateur, il s'en était pris aux "nostalgiques" de ce passé "abject". Le lendemain, la presse algérienne avait relevé que la perspective d'un traité d'amitié entre les deux pays ne cessait de s'éloigner.

Dans l'ensemble, les Algériens accueillent avec une certaine indifférence les attaques récurrentes de leur président contre l'ancienne puissance coloniale. Si personne ne voit de "bienfaits" à la colonisation, la jeune génération adhère mal à cette surenchère nationaliste. Sept Algériens sur dix ont moins de 30 ans. La plupart n'ont qu'un seul voeu : trouver un emploi, un logement et, si possible, un visa pour l'Europe.

 

COOPÉRATION ÉCONOMIQUE

 

Le paradoxe est que ce mercredi 5 juillet, jour de la fête nationale, le président Bouteflika devait poser la première pierre du tramway d'Alger (un chantier remporté par le groupe français Alstom pour un montant de 356 millions d'euros). Le même jour, il devait également inaugurer la nouvelle aérogare internationale d'Alger. Là encore, c'est une société française, Aéroports de Paris (ADP), qui a obtenu la gestion de cette nouvelle réalisation.

On s'attendait par ailleurs mercredi à ce que toutes les villes d'Algérie se vident d'un seul coup, le soir, à l'heure de la demi-finale France-Portugal de la Coupe du monde de football. Rassemblés autour de leurs téléviseurs, les Algériens avaient la ferme intention de communier autour de Zinédine Zidane et des Bleus. Et, quelle que soit l'issue du match, le scénario est écrit d'avance : supporteurs en délire envahissant les rues, concerts de klaxons, et une même clameur : "On a gagné !", ou "On a perdu..."

Florence Beaugé
Article paru dans l'édition du 06.07.06
www.lemonde.fr

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents