Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

nicoducaire

nicoducaire

Cultures et societes en Egypte et dans le monde arabe - Arab and Egyptian cultures and societies


Jeune Afrique: Des journalistes protestent contre un projet de loi sur la presse

Publié par nico sur 10 Juillet 2006, 14:58pm

Catégories : #Egypte

Lu dans Jeune Afrique du 09/07/2006, rubrique Egypte:

Des publications égyptiennes étaient absentes des kiosques dimanche alors que des journalistes ont manifesté pour protester contre un projet de loi sur la presse, débattu au parlement, qui maintient notamment des peines de prison pour des délits de presse.

 

Des députés opposés au projet de loi et des membres de mouvement Kefaya ("Assez" en arabe) se sont joints aux manifestants devant l'entrée principale du parlement, dans le centre du Caire.

 

"Pour le bien de la liberté d'expression, réveille-toi Egypte", pouvait-on lire sur des banderoles déployées par les manifestants.

 

"Cette manifestation est un message clair au parlement: nous refusons le projet de loi qui limite la liberté (de la presse)" au lieu de l'étendre, a déclaré Gamal Fahmy, un membre du Syndicat des journalistes.

 

Le projet de loi annule les peines de prisons dans certaines affaires de presse mais pas dans toutes, ce que les journalistes réclament.

 

Ils protestent également contre le maintien de la peine de prison pour atteinte au président de la République et contre le fait que la nouvelle loi introduise une peine pénalisant les journalistes lançant des accusations de corruption.

 

Le projet devrait être adopté dans la mesure où il est soutenu par le Parti national démocrate (PND, au pouvoir), qui détient la majorité des sièges à l'assemblée.

 

Les journalistes ont menacé de poursuivre leur mouvement si le texte était adopté. "Si la majorité adopte le projet de loi, nous ne nous y conformerons pas et s'ils (les autorités) en ont le courage, qu'ils nous emprisonnent tous", a indiqué M. Fahmy.

 

"Il revient aux députés de répondre à nos demandes pour protéger la liberté d'expression", a dit pour sa part Yehya Qallash, secrétaire général du syndicat. "Si ce n'est pas le cas, nous prendrons d'autres mesures".

 

Dans le cadre de ce mouvement de protestation, une vingtaine de publications d'opposition et indépendantes n'ont pas paru dimanche.

 

Seuls la presse étatique et un quotidien indépendant proche du régime étaient disponibles dans les kiosques.

 

Une organisation égyptienne de défense des droits de l'Homme a également dénoncé le projet.

 

"La promesse faite il y deux ans par le président égyptien (Hosni Moubarak) de supprimer l'emprisonnement des journalistes pour des délits de presse se réduit à des amendements qui renforcent les peines pour tout journaliste ou écrivain qui traitent de sujets (comme) la corruption", a déclaré dans un communiqué l'Arab Network for Human Rights Information.

 

Fin juin, le rédacteur en chef de l'hebdomadaire d'opposition Al-Doustour et une journaliste ont été condamnés à un an de prison pour avoir porté atteinte à M. Moubarak.

www.jeuneafrique.com.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents