Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

nicoducaire

nicoducaire

Cultures et societes en Egypte et dans le monde arabe - Arab and Egyptian cultures and societies


Message de Louqsor...

Publié par nico sur 4 Avril 2007, 11:57am

Catégories : #Egypte

Message d'Helena Zacharias, responsable du service dessin au Centre Franco-égyptien d'Etude des Temples de Karnak.

 Bonjour à tous,

Ceci est un message d'information à faire passer au plus de gens possible autour de vous. Je travaille à la mission française archéologique des temples de Karnak, en Egypte, et je suis comme mes collègues le témoin impuissant des actes de la dictature
Le gouvernement égyptien a commencé depuis quelques temps un projet de ré-aménagement touristique de tous les sites archéologiques du pays, projet financé entièrement par le gouvernement américain. Le gouvernement américain donne chaque année à l'Egypte une somme colossale de dollars, quelques milliards, afin qu'elle se taise dans les négociations politiques sur le Proche-Orient. Saviez-vous par exemple, que c'est le gouvernement américain qui a restauré toutes les vieilles mosquées du Caire? Et tout ce que nous ne savons pas...
 En ce qui concerne le gigantesque projet de site-management touristique, c'est l'armée égyptienne qui est chargée d'effectuer les travaux, destructions comme constructions. Déjà plusieurs sites ont été ré-aménagés, tels qu'Edfou et Dendera. C'est joli, certes, mais des quartiers entiers d'habitations sont rasés afin de construire d'immenses places dallées de marbre, vraie fournaise durant l'été égyptien, et, au pourtour, des souks et des cafétérias. Nous n'avions qu'échos lointains de ces travaux, jusqu'au jour où les pelleteuses ont débarqué à Louqsor. Les travaux sont menés par le gouverneur de la ville, ancien général d'armée, Samir Farag, avec qui il est impossible de communiquer. Nous avons cessé de nous battre, car nous avons réalisé notre impuissance face à cette terrible machine de corruption qu'est le gouvernement égyptien. La corruption met des sas entre les différents éléments de la hiérarchie, ce qui fait qu'il est impossible de remonter aux personnes responsables. Saviez-vous, pour exemple, que le ticket d'entrée du temple de Karnak est de 50 livres (7 euros), qu'il y a en moyenne 8000 à 11000 entrées par jour, et que pas un seul centime ne va à l'entretien du temple ni à la paye des employés, tout part directement au Caire dans les poches du gouvernement. Un ouvrier du temple est payé un euro par jour...
Toute la ville de Louqsor est donc en chantier. Devant la gare, il y a un panneau de présentation des travaux où il est inscrit: "We will make Luxor as an open air museum" ("Nous ferons de Louqsor un musée en plein air").
 Certes, certains réaménagements sont jolis. Mise en exergue des ravissantes mosquées, belles places, réfection de la gare et de sa rue principale, mais cela aurait du s'arrêter là! Ce qu'il est prévu est de transformer toute la ville en centre commercial, souks, restaurants et hôtels, dont tous les bénéfices iront au gouverneur. Les habitants de la ville vont être relogés dans une nouvelle cité dans le désert, près de l'aéroport "New Theba", dans des blocs en béton, loin de tout.
La deuxième catastrophe est l'ouverture de la chaussée de sphinxes entre le temple de Karnak et le temple de Louqsor, sur 4 km. La ville moderne est construite dessus. Qu'à cela ne tienne, ils détruisent les maisons qui les gênent. Ils ouvrent une voie large de 27 mètres, rasant sur le passage maisons, églises, mosquées, hopital, espaces verts et... écoles!!! Pour construire le long de cette voie des boutiques (encore), et effectuer des trajets payants en calèche pour ces [...] de touristes. Les pauvres sphinxes exhumés ressemblent plus à des moignons de patates rongés par les sels, qu'à quelque chose de figuratif. Le gouvernement met un fric fou pour construire des belles places dallées de marbre, de belles rues aux façades rénovées où passent les trajets des touristes, et il n'y a qu'à passer une rue derrière le décor, c'est le ghetto, pas toujours l'eau courante, et les ruelles boueuses et insalubres. Nous avons plusieurs fois entendu des membres du gouvernorat local traiter ces gens de "déchets à nettoyer"... La pauvreté les horripile, les pauvres gens sont traités comme de la merde à nettoyer parce que devant les touristes, pour l'image du pays, ça fait "sale" et pas présentable, alors on cache la misère comme on dit, derrière des façades repeintes(dont les Egyptiens payent la peinture à travers leurs factures d'électricité). Mais la pauvreté est maintenue par le gouvernement, qui empêche la privatisation d'entreprises (tout appartient à Moubarak, qui est propriétaire de toutes les usines) et la création d'emplois, par peur d'émergence de fortunes privées qui déstabiliseraient le gouvernement et risqueraient de donner les moyens de renverser cette dictature. Mais un fric colossal est dépensé pour créer hôtels et souks, aménager les lieux touristiques, dont je vous le rappelle les revenus vont dans les poches directement du gouvernement, et on ne met pas les moyens pour éradiquer la pauvreté et l'insalubrité des conditions de vie.
Quant aux abords du temple de Karnak, la place n'est que poussière et chaos. Ils rasent tous les arbres, agrandissent le parking, développent un centre commercial monstrueux, et ont commencé à détruire les pâtés de maisons des égyptiens situées sur le pourtour de la place, y compris une école. C'est horrible, l'armée a expulsé de force les femmes et les enfants en pleurs qui hurlaient, vidé leurs maisons, et ceux qui ont chouiné sont à l'heure actuelle en prison. Dans chacune de ces belles maisons en briques crues, vivaient trois à quatre familles. Pour chaque maison détruite, ils donnent un appartement en dehors de la ville dans le désert, dans des blocs en béton, avec une seule chambre, une cuisine et une salle de bain.
 Et tout ça pour... Pour élargir la place devant le temple et construire un souk pour les touristes. Au début, nous courrions d'un trou à l'autre, sous les pelleteuses, dénonçant les antiquités broyées par les engins, ce qui avait effet de stopper momentanément les destructions. Nous effectuions alors des fouilles de sauvetage. Mais ils ont vite compris que travailler de nuit et mettre la terre et les débris d'antiquités directement dans les bennes des camions maintenaient  la cadence des travaux. Il faut savoir que toute la ville de Louqsor est construite sur l'ancienne Thèbes de l'antiquité. Nous avons vu des scènes où des femmes et des enfants s'interposaient devant les pelleteuses pour les arrêter, et la police les emmener de force.
 Nous avons alerté en mai dernier l'UNESCO, qui s'est déplacé et a fait un rapport, mais n'a malheureusement pas pu entraver ce projet dont les implications financières et politiques sont énormes. Nous avons eu par ailleurs un très grand soutien de la mission archéologique américaine du Chicago Institute, basée elle aussi à Louqsor, qui a eu le courage de s'impliquer et de nous suivre dans nos démarches d'appels au secours.
 Mais rien n'y a fait. Sur la rive Ouest, les magnifiques villages de brique crue sont détruits à l'heure actuelle à grands coups de pelleteuses, car la plupart des maisons sont construites sur des tombes. Ces tombes constitueront un revenu supplémentaire au gouvernement. Ils vont transformer la rive Ouest en "Pharaoh-land", avec des trajets balisés et gardés par la police, dont les itinéraires forcés conduiront les touristes à dépenser le plus d'argent possible. Les malheureux habitants seront eux aussi relogés dans des blocs en bétons dans le désert, au nord, très loin de leurs champs.
A Louqsor, que ce soit sur la rive Est( la ville) ou la rive Ouest (la campagne), les gens vivent en majeure partie du tourisme. Les expulser dans le désert les condamne.
Si j'étais un égyptien dont on avait ainsi détruit la maison, incapable de crier sous peine d'être emmené et torturé, j'attendrai patiemment que les aménagements touristiques soient terminés, et je mettrai une bombe. C'est ce qui s'est passé l'année dernière à Sharm el cheikh, pour cette même raison, le gouvernement avait expulsé les bédouins de leurs boutiques pour en construire de nouvelles dont le profit va au gouvernement, avait dressé un mur isolant les habitants de la station balnéaire qui les faisait vivre, même scénario, et c'est ce qui arrivera encore.
Parce que l'Egypte est un beau pays, parce que nous, étrangers, venons y rencontrer l'héritage d'une merveilleuse civilisation et nous en imprégner, parce que nous sommes en quête d'authentique et de traditionnel, parce que ces maisons en briques crues nous émerveillent autant que les ruines pharaoniques, parce que nous avons un coeur et une conscience, parce que nous aimons et respectons ces gens qui n'ont rien et nous reçoivent en nous offrant tout, ne cautionnons pas ces monstruosités. On ne doit pas détruire des écoles pour construire des hôtels pour les touristes! La seule chose que vous pouvez faire est de diffuser ce message, afin de sensibiliser le monde.

Ou l'on se rend compte que tourisme de masse + dictature + libéralisme économique ne font pas bon ménage... Si seulement les occidentaux qui viennent en Egypte pour une raison ou une autre pouvaient être conscients de ce qui s'y passe et de l'envers de leur décor de rêve... Dans ce pays, seuls les étrangers ont encore un minimum de liberté d'expression, et peuvent influencer le gouvernement, alors qu'attendons nous?

Commenter cet article

Dominique 10/04/2007 19:18

Comme je l'ai signalé dans le commentaire précédant, ceci serait un faux appel. par contre comme vous pourrez les lire sur mon blog, http://dominique.regards.free.fr d'autres articles, tout à fait officiels cette fois, dénoncent les mêmes problèmes. Une fois de plus nous devons être extrèmement prudents quand nous relayons des inforamtions de seconde main !!!

nico 11/04/2007 20:01

Oui cette histoire de fausse identité me parait assez bizarre... mais je comprends tres bien la position difficile de cette chercheuse du CNRS soumise, malheureusement, à un certain devoir de réserve sous peine de déclencher un incident diplomatique... Quoiqu'il en soit, je ne pense pas que ce qui est dit dans ce texte soit fondamentalement inepte, vous le dites vous même il existe d'autres sources relatant les mêmes faits... Et dire que le régime de Moubarak relève plus d'une dictature corrompue que d'une démocratie, cela frise la plaisanterie, demandez à n'importe quel égyptien...Vrai ou pas, ce message pose des questions et appelle à des interrogations qui dépassent largement le cadre individuel...

Dominique 10/04/2007 18:37

Bonjour,
J'avais reçu et relayé aussi cette information.
Je viens de recevoir par une amie du québec ce mail qu'il me semble important de vous transmettre intégralement.
******
Madame Zacharias Delaporte a démenti être l'auteur de ce brulôt qui ne semble pas reposer sur grand chose de vrai.HelenaZacharias   ( le 2007-03-23 à 15:48:51 ) :Ordre de suppression de documentJe suis Mme Hélèna Zacharias Delaporte, fonctionnaire du CNRS sur le site de Karnak en Egypte. J'ai été victime d'une utilisation illégale de mon nom et identité afin de diffuser sur le web un texte de propagande contre le gouvernement égyptien. Ceci m'a mis dans de graves difficultés et la propagation de ce message a créé un incident diplomatique. Protégée par l'ambassadeur, le CNRS et le gouvernement français, ayant porté plainte auprès des services de police spécialisés, et bénéficiant également des services d'un avocat. Je vous somme donc de retirer immédiatement ce texte en publiant un démenti de même ampleur que l'édition de ce document frauduleux.
 Sous peine de quoi, d'ici trois jour à compter la réception de ce message, je porterai plainte contre vous pour diffusion de message portant préjudice à un tiers.Hélèna Zacharias Delaporte, hedeza@hotmail.comCe démenti est visible sur plusieurs sites dont un sérieux sur lequel on peut visusaliser des exemples du travail d'Helena Zacharias Delaporte: http://www.egypt.edu/actualite/2006/061214/14decembre01.htm. Un article sur la Chapelle rouge et tout le travail des dessinateurs.Sinon, sur le site de l'INRS, on trouve ses coordonnées:Mme Helena DELAPORTE (ZACHARIAS)mailto:hedeza@hotmail.comTél. professionnel : (00-20)952376227Unité : UMR8152 Etat, religion et société dans l'Egypte ancienne et en Nubie Lieu de travail : PARISBâtiment : CFEETKAppartenance : CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUEDépartement scientifique de rattachement de l'unité : SHS (Sciences humaines et sociales)Délégation : 01, Paris A
******
 
J'ai pour ma part, comme vous pourrez le voir sur mon blog, relayé des inforamtions très proches de celles qu'on nous demanande d'enlever, concernant les villages de la rive ouest du Nil.
Bien cordialement

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents