Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

nicoducaire

nicoducaire

Cultures et societes en Egypte et dans le monde arabe - Arab and Egyptian cultures and societies


En attendant le 25 janvier...

Publié par nicoducaire sur 23 Janvier 2012, 17:47pm

Catégories : #Egypte

  Lundi 23 janvier. Il y a une an, jour pour jour, je rentrais en France, apres un sejour d'un mois consacre a la realisation d'un reportage audio sur "les luttes politiques et la repression en egypte de 2005 a janvier 2011". On ne pensait evidemment pas, en faisant ce reportage, que ce contexte de luttes et de repression finirait par exploser, a peine rentre-es en France, et deboucher sur une veritable Revolution...

 

  Un an apres, ou en est-on? Moubarak est parti, certes. Des elections legislatives relativement libres ont eu lieu, renversant la representation politique en cours depuis 30 ans. Les luttes politiques et sociales n'ont jamais ete aussi fortes, et le peuple egyptien dans son ensemble a appris que c'etait possible de s'exprimer et de lutter.

Pour autant, le systeme repressif n'a jamais ete aussi evident, peut-etre d'autant plus qu'il est desormais ouvertement mis a jour, decortique, analyse et critique. Le Conseil Supreme des Forces Armees, en charge de la gestion du pays apres la demission de Moubarak, mais qui en realite en tient les renes depuis 60 ans, apparait enfin sous son vrai visage: desireux de maintenir ses privileges, reprimant et controlant la population, et pour ce faire n'hesitant pas a recourir aux memes methodes qu'avant la revolution.

 

  Apres un bref "Etat de grace" en fevrier apres le depart de Moubarak, le peuple egyptien croyant faire "une seule main" avec l'armee, le divorce est desormais consomme entre celles et ceux qui luttent au quotidien pour changer le systeme, et ceux qui repriment et assassinent pour se maintenir au pouvoir.

  L'execution d'officiers s'etant ranges du cote du peuple de la place Tahrir en avril, le massacre de Maspero en octobre, les arrestations massives d'"opposant-es politiques", la torture et le meurtre de plusieurs personnes par des forces de securite, les pseudo "tests de virginite" partiques sur des manifestantes, la repression brutale et sanglante des rassemblements de novembre et decembre derniers, les declarations autoritaires sur les elections et la future constitution, auront contribue a faire apparaitre l'armee egyptienne aux yeux de tout le monde pour ce qu'elle est vraiment: une force repressive, farouchement attachee a ses privileges, et qui n'a pour seul but que de preserver ses interets de classe.

 

  Un an apres, on se retrouve donc dans une situation similaire: tout le monde attend avec impatience et inquietude le 25 janvier, pour voir ce qu'il va se passer.

  En effet, a cette date-anniversaire du declenchement de la revolution, un large appel a manifester circule, pour reclamer cette fois la chute du regime militaire, et en premier lieu du Marechal Tantaoui. Il semblerait que vraiment beaucoup de monde se prepare a descendre sur la place ce jour-la, d'autant plus que le 25 janvier est un jour ferie... Mais la question que tout le monde se pose: "comment va reagir l'armee" ,qui prevoit, elle aussi des "festivites" ce jour la??

 

  Sur la place en tout cas (on ne precise plus de quelle place il s'agit, tant il est devenu evident que quand on dit "sur la place", "fi-l-midan", on parle de la place Tahrir), ou des personnes campent depuis deja plusieurs semaines, la situation est electrique. Une tente "accueil" est dressee, proposant plusieurs textes explicatifs du fonctionnement de l'occupation, des listes de revendications, etc. Des vendeurs ambulants circulent, des poetes declament des vers, des discussions animees s'y deroulent jour et nuit, et assez regulierment, le ton monte et des personnes doivent s'interposer pour eviter des affrontements physiques...

 

  Autour de la place, des murs et des barbeles barricadent la plupart des rues menant aux ministeres et au parlement, souvenir des recents affrontements...

 

  Avant-hier encore, une personne de la place a ete abattue par des services de securite, attiree dans un traquenard. Les gen-tes n'en peuvent plus, et reclament desormais la mise a mort du Marechal Tantaoui, qui a remplace Moubarak comme cible de la violence populaire.

 

  Partout ou l'on va, dans la rue, a des seances de cinema, dans les cafes... les gen-tes chantent des slogans hostiles au regime militaire, et appellent a descendre sur la place le 25 janvier. Des delegations de plusieurs villes de la region du Canal (Suez, Port-Said, Ismailia) ont egalement annonce leur venue.

 

  Mais certaines personnes n'ont pas attendu le 25 janvier: si les marches et manifestations dans le centre-ville du Caire sont quasi-quotidiennes, aujourd'hui, on a cru revivre des scenes du 25 janvier dernier: dans un quartier entierment quadrille par les forces de securite (tanks militaires, mais aussi plusieurs dizaines de camions de forces anti-emeutes, et les bataillons qui vont avec), une manifestation de plusieurs centaines de personne s'est deroulee pendant toute une partie de la journee, devant le Parlement (dont le nouveau presdient devait etre elu aujourd'hui), pour reclamer la fin du regime militaire, et reprenant certains des slogans du 25 janvier dernier: "du pain, la liberte, et justice sociale", etc....

 

  On a donc vraiment l'impression que la ville toute entiere retient son souffle en attendant le jour J du 25 janvier, esperant que cette journee amene enfin un changement positif, mais craignant en meme temps qu'elle ne se termine en bain de sang...

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents