Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

nicoducaire

nicoducaire

Cultures et societes en Egypte et dans le monde arabe - Arab and Egyptian cultures and societies


Communiqué de Collectifs et d’Associations d’Egyptiens en France

Publié par Divers sur 21 Août 2013, 23:53pm

Catégories : #Egypte

Communiqué de Collectifs et d’Associations d’Egyptiens en France

---------------------------------------------------------------------------------
dont Collectif Voix d'Égypte, MARED France, El Dostour France, Tamarrod France, Association des jeunes égyptiens du 25 janvier de paris et Association jeunesse du 25 janvier France

Au vu de l’actualité tragique que l’Egypte traverse, les signataires, égyptiens de toutes tendances religieuses et politiques tiennent à apporter leur éclairage de la situation.

Ils souhaitent tout d’abord rappeler leur attachement et leur respect indéfectible de la vie humaine. La violence en soi n’est jamais une solution.

- Conscients que toutes les solutions pacifiques avaient été recherchées dans la résolution du conflit avec les adeptes des Frères Musulmans,
- Conscients que les Frères Musulmans avaient sciemment rejeté toute médiation et toute proposition de résolution présentée par le gouvernement intérimaire du Président Adly Mansour.
- Conscients que le peuple égyptien dans sa très large majorité au travers de la campagne citoyenne de Tamarrod, avait retiré sa confiance au régime des Frères Musulmans,
- Conscients que l’armée égyptienne, au sein d’un état civil, non religieux et non militaire, est par définition garante de la sécurité de l’Etat, et que la police est pour sa part garante de l’ordre, et qu’ils avaient été mandatés par une très large majorité d’égyptiens pour démanteler les sit-in armés des Frères Musulmans en plein centre du Caire,
- Conscients de la difficulté à résoudre une situation d’insubordination civile armée, où que ce soit dans le monde,

Les signataires souhaitent apporter leur soutien à l’Etat égyptien et à son gouvernement intérimaire civil pour que justice, paix et ordre civique soient restaurés au plus vite en Egypte.

Le prix à payer est sans aucun doute très élevé. L’Egypte restera vigilante sur les actions menées de sorte que les moyens entrepris respectent la loi et minimisent au possible les pertes humaines.

Les signataires regrettent le traitement pour le moins biaisé de l’actualité égyptienne par les médias et les réactions non moins regrettables de certains Etats, dont la France, qui par ailleurs assurent combattre l’extrémisme religieux et le fanatisme armé.

- Faut-il rappeler que l’Egypte, pays souverain, n’a demandé aucune aide extérieure, ni ne souhaite aucune intervention dans ses affaires internes concernant la résolution de ce conflit ?
- Faut-il rappeler que si 13,2 millions d’électeurs ont élu M. Morsi en tant que Président de la République en juin 2012, plus de 22 millions de signataires de la campagne Tamarrod ont retiré leur confiance au régime et près de 30 millions de personnes ont pacifiquement défilé dans les rues d’Egypte le 30 juin 2013 pour réclamer le départ du régime Morsi ? Tout comme des millions avaient voté pour M. Morsi, des millions lui ont retiré son mandat, dans une opposition populaire pacifique et organisée, visant à l’instauration d’un régime civil démocratique avec une feuille d’avenir définie.
- Faut-il rappeler que ce que certains qualifient de ‘régime démocratiquement élu’ avait en fait accaparé le pouvoir législatif, exécutif, les institutions, et se préparait à investir également la justice ?
- Faut-il rappeler qu’il a fait passer une Constitution ne représentant pas l’ensemble du tissu social et religieux du pays, malgré la démission d’une large partie de la Constituante chargée de rédiger cette même Constitution ?
- Faut-il rappeler qu’il a laissé s’installer sur le sol national, dans le Sinaï, des groupements armés étrangers totalement incontrôlés et qui menaçaient l’intégrité territoriale, la sécurité et la souveraineté de l’Egypte?
- Faut-il rappeler qu’il a laissé faire toutes sortes d’exactions à l’encontre des minorités religieuses, coptes comme musulmanes, sans même condamner ou poursuivre en justice les meurtriers, incendiaires et responsables de l’incitation à la haine ?
- Faut-il rappeler qu’en ce moment même plus de soixante églises, écoles, dispensaires, sans parler de musées, postes de police, bâtiments officiels sont incendiés par les tenants des Frères Musulmans ?
- Faut-il rappeler que dans le campement de Rabia El Adaweyya des enfants étaient sciemment utilisés en boucliers humains, qu’on les a fait défiler portant leurs linceuls en signe de volonté de martyre et que malgré l’imminence de la dispersion par la police les leaders de ce mouvement criminel ont refusé les appels de la police à évacuer femmes, enfants et vieillards, préférant les exposer à une mort que tout le monde redoutait pour eux ?
- Faut-il rappeler que forts de l’expérience du 25 janvier 2011 et de ses drames successifs, personne en Égypte, y compris les leaders des Frères Musulmans, ne pouvait ignorer le potentiel de larges pertes humaines en cas d’intervention de l’armée, et que malgré cela les leaders de la Confrérie ont toléré des armes dans un sit-in dit ‘pacifique’ et en ont refusé la dispersion ?
- Faut-il rappeler que la Confrérie des Frères Musulmans est connue pour ses visées expansionnistes ? qu’elle ne s’intéresse pas uniquement à l’Egypte ? qu’elle a un objectif trans-étatique, et que c’est pour cela qu’elle est aujourd’hui prête à tout pour maintenir son pouvoir, au prix de milliers de vies humaines égyptiennes, et au mépris de toute règle d’humanité ou de sagesse ?

Le régime des Frères Musulmans n’a fait qu’attiser la haine, et en réponse, il a focalisé contre lui la haine de tout un peuple, situation qui menaçait à tout moment de se transformer en guerre civile.

Toute solution négociée avait été refusée par les Frères Musulmans. Le seul choix qui s’impose, pour éviter que le peuple égyptien ne descende lui-même en découdre dans les rues contre ceux qu’il qualifie de terroristes est de confier aux forces de l’ordre, dont c’est le métier, le maintien de l’ordre.

L’Egypte est actuellement dans un processus révolutionnaire visant à l’instauration de la démocratie. La démocratie n’est pas un simple label que l’on appose au bas d’une page, elle s’arrache, elle se gagne, et c’est ce que l’Egypte vise à faire, malgré les difficultés et malgré la tragique actualité.

Les signataires appellent tous les protagonistes à revenir à la raison.

Les signataires appellent les Frères Musulmans à immédiatement cesser leurs actions violentes.

Les signataires appellent la police à exercer son métier et à protéger les civils, les lieux de culte, les sites archéologiques et historiques, les bâtiments officiels et les biens des personnes.

Les signataires appellent l’armée, qui est au service du peuple, à soutenir la police dans sa mission de pacification, en veillant à minimiser les pertes. Armée et police doivent défendre le peuple d’Egypte et prendre toute action nécessaire à l’encontre de ceux qui portent des armes face à lui.

Les signataires appellent la justice à exercer son ministère et à poursuivre tous ceux, dans quelque camp qu’ils soient, responsables d’exactions, de pertes de vies humaines, de dégradations ou d’incitation à la haine.
En cette période fondatrice de l’Etat de droit et de la démocratie en Egypte, les signataires se rangent derrière l’Etat égyptien et son Président Adly Mansour, confiants que l’Egypte millénaire, dans sa grande sagesse, traversera l’épreuve et triomphera de l’adversité.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents