Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

nicoducaire

nicoducaire

Cultures et societes en Egypte et dans le monde arabe - Arab and Egyptian cultures and societies


excellent compte-rendu de la situation en Egypte

Publié par nicoducaire sur 15 Août 2013, 20:53pm

Catégories : #Egypte

Par Tewfik Aclimandos, qui est pour le moment le meilleur analyste de ce qu'il se passe en Egypte:

Résumé de la situation égyptienne:

"a) tout ce qui est non frère dans la société et dans l'État égyptiens est confronté au problème du nihilisme frère: je désigne par cela leur stratégie en politique, qui n'est pas qu'une posture, qui revient à dire: soit vous cédez sur tout et nous laissez rafler tout, soit vous nous tuez jusqu'au dernier. Nous ne voulons pas vivre, nous sommes prêts au martyre. Ce qu'on appelle les modérés ou les pragmatiques sont des gradualistes: vous n'êtes pas obligés de tout céder en une fois. En d'autres termes, il n'y a pas de négociation possible avec eux. je demande de bien comprendre les implications de cela, ce n'est pas une métaphore: ni Mao ni Staline n'étaient suicidaires. Quand ils sont obligés de faire des concessions, ils les retirent à la première occasion. j' AIMERAIS ME TROMPER et je ne LÉGITIME RIEN. J'ai le coeur gros comme vous ne l'imaginez pas.
b) un chercheur connaissant bien la confrérie confirme que les sit in frères ressemblent à la confrérie - ils sont donc doubles: une foule de militants honnêtes, enthousiastes, pacifiques, croyant défendre leur religion et une minorité de miliciens armés clandestins, se parlant entre eux, répartis sur le terrain comme on est réparti sur une zone de guerre. Ce même chercheur affirme que la zone du combat ressemble véritablement à une zone de guerre, avec lamentation et dévastation. Vu l'importance quantitative respective des uns et des autres, les journalistes tombent en général sur les pacifiques. Quand je dis cela, je ne dis pas qu'il fallait attaquer hier ou qu'il n'y avait pas de manière d'éviter le carnage..
c) demain est la journée décisive et elle sera très violente. Les deux camps sont très remontés: la police a perdu 60 des siens, les cadavres de certains officiers ont été mutilés. Elle ne fera pas de cadeau. Personne ne veut plier demain.
d) le désarroi des miliciens frères vient du fait qu'ils ont été formés dans la mentalité "plus vous êtes brutaux plus les ennemis de Dieu vous redouteront". Le problème est que la jeunesse égyptienne sait être violente avec les violents.
e) l'opinion égyptienne est pour l'instant avec l'armée. Non par amour inconditionnel pour cette dernière, mais parce que cette armée "ne menace que la démocratie" (je crois personnellement que l'armée a compris que l'Égypte a changé) alors que les frères menacent la démocratie, l'Etat, l'Etat nation, la société, l'identité nationale telle qu'elle est imaginée: musulmane mais tolérante, musulmane mais nationaliste, les deux composantes devant se renforcer. Un jeune résumait cela: le ministère de l'intérieur est aussi dégoûtant qu'à l'accoutumée mais les frères sont pires. Nous appuyons le premier en le haïssant.
f) Baradéi a peut être eu raison, mais pour l'instant, pour autant que mes interlocuteur et moi pouvons en juger, il est désavoué par la jeunesse révolutionnaire, qui est très déçue par lui.
g) les non islamistes, libéraux et gauchistes, sont acculés: ils savent que si les frères gagnent il n'y a pas de place pour eux en Égypte. Ils espèrent qu'il en ira autrement avec l'armée et en tout état de cause estime qu'on peut négocier avec les militaires"

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents