Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

nicoducaire

nicoducaire

Cultures et societes en Egypte et dans le monde arabe - Arab and Egyptian cultures and societies


drague au caire.... ou de comment c'est relou d'être une femme dans cette ville

Publié par nicoducaire sur 26 Juin 2010, 21:03pm

Catégories : #Egypte, #Femmes-Féminismes

 

Un très bon article tiré du blog ami "Café d'actualité", qui revient sur la situation des femmes dans les rues du Caire, de comment c'est compliqué pour elles de s'y promener, et qui y apporte des analyses intéressantes. Ne croyez pas que ce qui est raconté dans cet article relève de l'anecdote, il s'agit bel et bien d'une réalité quotidienne et d'un vrai problème de société...

 

"  Drague au Caire…. nerfs à vif!

Quand on est une femme, on a de quoi être en colère contre le Caire. Y marcher, y faire ses courses, s'y promener, bref sortir relève souvent du parcours du combattant. Je vis désormais dans la capitale égyptienne depuis presque huit mois et pourtant je ne m'y habitue pas. Des regards collants que vous arrivez presque à palper, aux mains baladeuses dans les transports en commun. Du type qui se frotte à vous dans la rue alors que le trottoir est aussi large qu'une voie d'autoroute, aux mots sensés être doux et qui résonnent en vous comme autant d'insultes que l'on vous crache en pleine figure : « Miel », « ma jolie », « viens par ici ma fille ». Ces expressions de la rue de tous les jours je les ai en horreur.

Et il n'y a pas que les blondes aux yeux bleus qui ont le droit à ce traitement. Pour subir ce genre d'humiliation, être de sexe féminin suffit. Avoir 60 ans, porter un voile ou un niqab, être accompagné de son compagnon, de son mari, d'amis : rien ne freine ces excès de libido. C'est le quotidien des femmes du Caire. J'habite à quelques minutes du centre-ville. Le trajet que j’effectue tous les jours entre mon domicile et la fac est loin d'être une partie de plaisir. A 8 heures du matin, les hormones de certains sont déjà en ébullition. Un jour, alors que je me rendais en cours, arrivant à hauteur de la place Tahrir, un des points névralgiques de la capitale, un type s'approche de moi à la vitesse de l'éclair. Il est venu, m'a touchée, a eu son petit quart d'heure américain, son sourire vicieux puis est reparti comme si de rien n'était. Dans ce genre de situation, vous ne comprenez pas pourquoi vous ne faîtes rien, pour quelles raisons vous restez immobiles alors que la rage vous dévore. Vous vous détestez de ne pas avoir su comment réagir, de ne pas vous être révoltée.

En réalité, la scène dure à peine quelques secondes et arrive sans que vous n'y soyez préparée. Et puis que faire? Une autre fois, je me suis mise à crier et j’ai poussé violemment celui qui s'approchait pour me toucher. L'homme très mal à l'aise s'est vite retourné et a fait demi-tour. En guise de réaction, j'ai eu l'audace de croire que le policier qui se trouvait tout près de moi allait pouvoir m'aider. C'était sans compter que lui aussi « avait faim » et qu'en allant le voir il allait me regarder comme un vulgaire bout de viande. C'est un peu ça le sentiment ici, d'être une charogne sur patte, l'objet ambulant de leurs désirs sexuels. Imaginez-vous marcher dans la rue et en voir certains se gratter les parties intimes pendant qu'ils vous regardent passer. Ou encore ce jour où, me promenant avec une amie, nous entendons sortant de la bouche de deux hommes que nous devançons : « Par devant ou par derrière ? » A vous en donner la nausée.

Je parle du Caire mais des histoires à peu près semblables j'en ai vécu dans d'autres villes du monde arabe en Syrie ou au Maroc par exemple. Et, on pourrait parler longtemps de la drague lourde de certains hommes en France, des harcèlements sexuels qui ont cours dans le monde professionnel. L'Europe n'est évidemment pas exempte de ce genre de comportements à l'adresse des femmes. Mais ici, au Caire et notamment dans certains quartiers, le phénomène drague (”mo3akassa”) est inscrit dans le quotidien, devenu banal, normal, une sorte de jeu aussi auquel se livre les hommes fatigués d'un quotidien morose et d'une absence d'avenir.

...

Suite de l'article.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents